LES ÉCOLIERS DU CAMBODGE

LES ÉCOLIERS DU CAMBODGE

Aujourd’hui, consultation d’ophtalmologie.

artfichier_288924_4762016_201504244112247.jpgartfichier_288924_4762022_201504245234569.jpgCa y est, nous sommes allés, avec Seyha et sa maman a une consultation d’ophtalmologie. Le problème de Seyha étant génétique (son père, une de ses frères, deux de ses cousins ont le même) il n’y a pas grand choses à faire. Il serait possible d’opérer mais avec tellement peu de chance de voir une amélioration qu’il est préférable de ne rien faire. Donc voilà une chose de réglée. En ce qui concerne sa scolarité, c’est plus compliqué. Nous avons eu le temps de discuter en attendant ce matin et Seyha me dit qu’il aimerait être pilote d’avion ou mécanicien moto ! Cette deuxième solution est une bonne piste de réflexion !

Dans le cas de cette consultation gratuite car effectuée dans le cadre d’une ONG, était-il nécessaire que je les accompagne ? Je pense que oui. En effet, ces gens très pauvres sont comme écrasés par la vie et presque dans une situation de survie et ils ont plus « vital » à faire que de perdre du temps à aller chez le médecin ! De plus, ils n’ont aucune habitude de l’accès aux soins médicaux. Un autre aspect est qu’ils sont convaincus que leur vie n'a que peu de valeur et s’inscrivent totalement dans cette loi du Karma : ils méritent ce qui leur arrive, ils n’ont qu’à le vivre dans l’humilité et attendre leur prochaine incarnation. Cela m’incite à vous livrer ce que je crois être le cœur de l’action ici : dire aux gens rencontrés, surtout aux pauvres comme Seyha : « ta vie a du prix ». Pourtant je crois que cette humilité certes mal motivée rend les gens sans révolte et de fait très doux et accueillants... quel paradoxe !

 

A ce stade de l’action vers Seyha, il reste vraiment à se poser la question de la scolarisation et/ou de l’apprentissage d’un métier. Dans les deux cas, il s’agit de sortir de la mendicité....



25/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi